Ô Toulouse, comme le chantait Claude Nougaro, ses maisons en brique qui lui valent le surnom de “ville rose”, sa célèbre place du Capitole, ses habitants à l’accent du sud-ouest… Petit tour des expressions propres à la région.

Té !

Interjection employée un peu dans toutes les situations, souvent en début de phrase. Il s’agit simplement d’un raccourci de “tiens !” : “Té, te voilà toi” = “Tiens, te voilà toi !”

Aller péter

S’utilise lorsqu’on doit se déplacer, relativement loin. Par exemple, si vous revenez de courses, que vous avez oublié d’acheter quelque chose et que vous devez y retourner, vous pouvez dire “il faut que j’aille péter au supermarché”. Aussi, si quelqu’un vous dit “va péter ailleurs”, mieux vaut vous éloigner, il y a des chances que vous le dérangiez.

Une malle

À Toulouse, les voitures sont équipées d’une malle. Non, ce n’est pas une option spécifique aux automobiles de la région. Il s’agit du coffre. On range donc les courses dans la malle.

Rouméguer

Plus compliqué, car le sens ne va pas de soi ici. Si on vous dit “T’as pas fini un peu de rouméguer ?”, on vous demande tout bonnement si vous comptez bientôt arrêter de râler. Rouméguer c’est donc râler, se plaindre.

Un pec / une pègue

S’emploie pour décrire une personne, et mieux vaut qu’il ne s’agisse pas de vous car ce n’est vraiment pas un compliment. On pourrait le traduire par idiot/idiote, mais vraiment dans le sens simplet, idiot du village. “Té, regarde-moi ce pec ! Il a oublié de serrer le frein à main et sa voiture a descendu la côte”

Boudu

Employé pour marquer son étonnement. On peut le traduire littéralement par Bon Dieu ! Les Toulousains ajoutent la plupart du temps un petit juron derrière : “Boudu con, c’est quoi tout ce monde !” Cette expression est tellement populaire qu’elle est même devenue une marque de vêtements à Toulouse

Avoir la cagne

Ha le Sud de la France, le soleil, la chaleur … tout ça n’aide pas à se motiver et on a parfois la cagne. À Toulouse en effet, lorsqu’on a la flemme de faire quelque chose, on dit qu’on a la cagne “Il fait trop chaud, j’ai la cagne de tondre la pelouse”.

Bouléguer

Et pourtant parfois, malgré la chaleur, il faut bien se bouger, se remuer. Se bouléguer signifie se secouer, se dépêcher pour réaliser une action. “On va être en retard, allez boulègue-toi !”

Ratche / Ratchàs / Ratchou

Tous ces mots sont dérivés du terme “rat”, utilisé en français pour désigner quelqu’un de radin. L’occitanisation du mot aurait donné ces différentes versions du mot. “Quel ratchàs ce boucher !” “Sois pas ratche, prête-moi 20 euros !” “Il est vraiment ratchou, il n’a pas apporté de cadeau d’anniversaire”

C’est le pompon sur la Garonne

Vous pouvez l’entendre ailleurs en France, mais c’est bien dans la région de Toulouse que cette expression prend son sens. C’est l’équivalent toulousain de c’est la cerise sur le gâteau. “Et là, il me dit qu’il me laisse payer l’addition. C’est le pompon sur la Garonne !”


Si vous débarquez bientôt à Toulouse, je vous propose ce lexique du vocabulaire toulousain de survie. Il y a également une page consacrée à l’accent des habitants de la ville rose.

Vous voilà au fait des expressions toulousaines populaires. Maintenant, pourquoi ne prendriez-vous pas des cours de langue CPF à Toulouse pour vous ouvrir aux expressions populaires d’autres pays ?