Le provençal et le parler marseillais se sont fortement développés à la chute de l’Empire romain. Originaire et construit autour du latin, le provençal a depuis jamais réellement disparu, et certaines écoles du sud de la France enseignent même ce dialecte qui a ses propres règles de grammaire et de conjugaison mais aussi ses propres expressions !

Marseillais et provençal : quelle est la différence ?

Le parler marseillais est bien entendu fondé sur la langue provençal. Mais les Marseillais se sont amusés depuis toujours à singulariser certains mots et certaines expressions à la manière du vieux port !

De nos jours, le provençal au sens strict reste très peu parlé dans la vie de tous les jours. En revanche, certaines expressions ont réussi à garder leur place et tout leur sens !

On peut dire que le provençal reste un dialecte encore bien inscrit dans les esprits. D’ailleurs, il fait partie à part entière de l’histoire de la région, des Cévennes jusqu’à la Méditerranée, en passant bien entendu par la bonne mère Marseille.

L’objectif de cet article n’est pas de vous apprendre le parler provençal mais plus simplement de vous faire connaître les expressions marseillaises les plus amusantes et les plus emblématiques de ce coin de France !

Le parler marseillais en 10 expressions

Avant de prendre la nationale 7 ou l’autoroute du soleil, avez-vous bien révisé votre parler marseillais ? Pour les mauvais élèves, voici notre petit glossaire des 10 expressions marseillaises qui vont vous éviter de faire pâle figure au pays du soleil !

1. La bonne mère

La bonne mère est à la fois une expression marseillaise et un monument de la ville. Elle désigne simplement l’édifice religieux de Notre-Dame de la Garde qui semble de sa hauteur surveiller la cité phocéenne, son Vieux-Port et ses sardines. C’est également une expression que les Marseillais utilisent et que l’on pourrait traduire simplement par : « oh ! Mon dieu » ou « Bonté divine ! »

2. Dégun

Le mot marseillais « Dégun » se traduit littéralement par « personne ». L’expression «  Craint Dégun »  désigne quant à elle une personne qui n’a peur de rien.

Vous avez-vous à coup sûr déjà entendu cette expression dans la bouche du chanteur Akhenaton du groupe I’am, non ?

3. Minot

Minot est une expression qu’on emploie partout en France, mais son origine est 100 % marseillaise. Un minot signifie simplement un mioche, un enfant ou un biloute en chti.

4. Ça pègue

Péguer est un verbe qui a maintenant sa place dans le dictionnaire officiel de la langue française…même si c’est à Marseille que son emploi reste le plus courant.

Péguer désigne une personne, un objet ou une matière poisseuse ou collante : un fruit trop mûr, une personne en sueur…ça pègue grave !

5. Emboucaner

Emboucaner une personne, c’est lui raconter des histoires, des mensonges, bref la prendre pour une imbécile.

Par extension, cette expression de Marseille désigne également des personnes qui se disputent, qui se chamaillent.

6. An que vèn ou a l’an que ven

Voilà une expression du parler marseillais et du dialecte provençal que vous n’entendrez pas ailleurs que dans le sud de la France.

An que ven ou encore à l’an que ven est employé au réveillon de la Saint-Sylvestre et signifie : «  à l’année qui arrive, que si nous ne sommes pas plus, nous ne soyons pas moi ». Autrement dit, cette expression sert à souhaiter : une bonne année, une bonne santé !

7. Tu es un petit chapacan

Un chapacan désigne une personne maladroite et pas dégourdie. Le mot est originaire de la langue italienne et du mot « Achiapacani » qui représente littéralement une personne qui travaille dans une fourrière pour les chiens.

Pour la petite histoire, dans les années 1900, ce travail était réalisé à Marseille par des vagabonds ou des marginaux payés à la tâche. Et, ils étaient connus pour faire leur travail rapidement et avec peu de soin…

8. Le cague-braille

Le cague-braille en marseillais et en Occitan désigne un pantalon de trop grande taille à tel point qu’on aurait la place d’y faire ses besoins dedans !

L’expression marseillaise « se caguer aux brailles » signifie par extension « avoir la frousse ».

9. Toi, t’es un gros rapia 

Certainement que vous avez déjà utilisé cette expression typiquement marseillaise sans le savoir. Le rapia désigne tout simplement une personne proche de ses sous ou un radin.

Dans le parler marseillais, on peut aussi utiliser « rastègue » ou encore le diminutif « ra ».

10. Boulègue là

Le verbe « boulèguer  » appartient au domaine de la cuisine. Il signifie simplement remuer la cuillère, s’occuper de la marmite. En marseillais, il a également donné le mot «  boulega » qui veut dire « fait vite » ou « magnes-toi ».

Bonus : Il est pas un peu fada lui ?

Voila, peut-être l’expression marseillaise la plus connue de toutes. Fada est un mot que l’on emploie autant à Paris qu’à Marseille . ouf…enfin un point de rencontre entre le nord et le sud ! Le fada est une personne un peu folle ou insouciante.

Et vous alors, quelle est votre expression Marseillaise préférée ou celles que vous utilisez tous les jours ?

Quelle est la place du parler marseillais et de la langue provençale aujourd’hui ?

Le provençal peut s’apprendre dans les écoles de la maternelle jusqu’à l’université. Mais, cette langue ou ce dialecte est en net recul depuis le début du XXe siècle et en grave danger de nos jours !

Il n’existe pas de statistiques officielles pour connaître combien de personnes savent encore parler le provençal. On estime environ qu’entre 100 000 et 500 000 individus sur les 5 millions de provençaux sont encore en mesure de comprendre cette langue d’un autre temps.

Par contre, si vous allez à Marseille, il y a de fortes chances que vous entendiez de nombreuses expressions issues justement de l’Occitan et du provençal. Elles sont le soleil de la cité phocéenne. Et, quel bonheur sans fin que de les entendre dans un accent qui chante bon le midi de la France !