Le langage courant français regorge de mots à consonance anglaise. Mais sont-ils vraiment tous anglais à l’origine ? Eh bien non, certains mots le sont effectivement, mais d’autres se rapprochent vaguement d’un mot anglais quand d’autres sonnent anglais mais ne le sont pas du tout. Voici dix exemples de ce qu’on appelle des faux-anglicismes ou pseudo-anglicismes.

Un babyfoot

Désigne un jeu de simulation de football, joué par des joueurs placés autour d’une table creuse … bref un babyfoot. Mais ce mot est une création française, associant les mots anglais baby (=bébé) et foot (apocope de football, signifiant “pied” qui plus est). En anglais, on trouve plutôt les termes de foosball ou table soccer/football quand on parle de football de table.

Un relooking

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, le mot relooking n’a jamais été employé dans la langue anglaise. Le terme anglais employé pour parler de ce changement d’apparence est make-over. Mais dernier n’étant probablement pas assez parlant pour les français, ils ont préféré fabriquer le mot relooking, en assemblant le terme look, qui correspond au style, à l’apparence ; le préfixe re-, pour notifier le changement, le renouveau; et enfin le suffixe -ing pour faire encore plus anglais

Une pom-pom girl (ou un pom-pom boy)

Certes les mots girl et boy (respectivement fille et garçon) sont bien des mots anglais, mais le terme de pom-pom girl (ou boy) n’existe pas dans la langue anglais. C’est une pure création française ! En anglais, et particulièrement aux Etats-Unis, on parle de cheerleader, qu’on pourrait traduire littéralement par “meneur d’applaudissement”. En français, le terme meneur de claque existe mais il est très peu utilisé car peu élégant.

Un Klaxon

Beaucoup pensent que ce mot vient de la langue de Shakespeare, mais pas du tout. Ce mot a été inventé par F. W. Lovell, un ingénieur certes américain donc anglophone, pour désigner son invention … l’avertisseur sonore pour bicyclette et automobiles. Mais Klaxon est à l’origine le nom commercial de ce produit devrait toujours s’écrire avec une majuscule. Ce nom ne vient pas de l’anglais, mais du grec klazo qui signifie hurler, crier.

Le playback

Le playback à la française consiste à mimer avec les lèvres les paroles d’une chanson, ou d’un discours, préalablement enregistrés. Cette technique est souvent utilisée par les chanteurs lorsqu’ils se produisent sur la scène d’émissions télévisées (plus rarement lors de concerts). En anglais, on parle de lip-sync. Le mot playback existe bien en anglais, mais il désigne le fait de rejouer une bande son.

Un mail

As-tu bien reçu mon mail ? Si vous posez cette question à un français, il comprendra que vous lui demandez s’il a bien reçu votre message électronique, ou courriel. En fait, on devrait utiliser le terme e-mail, pour electronic mail. Car en anglais, mail seul signifie “courrier” au sens de courrier postal.

Des baskets

Il est certain qu’on paraît plus cool, surtout quand on est jeune, de dire qu’on porte des baskets plutôt que des chaussures de sport, et pourtant c’est bien de cela dont il s’agit. Mais en anglais puriste, on lui préférera le terme de running shoes ou sneakers.

Un talkie-walkie

Allez savoir pourquoi, certains diront que les français sont bizarres, mais partout ailleurs un appareil de radio portatif comportant au moins un émetteur et un récepteur s’appelle un walkie-talkie. Le français, lui, a décidé d’inverser les deux termes. Une façon de se démarquer ? Quant à l’origine du mot et son sens, lors de la présentation officielle de l’appareil dans les années 40 à Toronto (Canada), un journaliste aurait interrogé un soldat utilisant l’appareil qui lui aurait expliqué qu’il permettait de parler (talk) tout en marchant (walk). http://www.hyperstealth.com/DonHings/Don-Hings-Walkie-Talkie-Development.PDF

Un flipper

Le mot, tout comme le jeu, est une invention française. Il serait dérivé du jeu de table appelé Bagatelle. Avec l’évolution du jeu, sont arrivés les batteurs, petits leviers qui permettent de contrôler la bille, appelés flippers en anglais. Par extension du terme, les français ont appelé ce jeu flipper. Mais le mot initialement reconnu par l’Académie Française, encore aujourd’hui, est billard électronique. En anglais, on parle plutôt de pinball table ou pinball machine.

 Un planning

Encore un mot auquel les français ont ajouté un suffixe -ing pour le rendre plus anglais. Bon, il y a quand même un peu de sens car en anglais, to plan signifie “planifier”. Mais les anglophones utilisent plutôt le mot schedule pour parler de l’organisation de leur temps de travail, de loisirs…

Ce Top 10 n’étant évidemment pas exhaustif, je vous conseille de visiter ce site pour découvrir d’autres pseudo-anglicismes.